mardi 8 novembre 2016

Cri

Tant tu me manques, ... tant,
qu'à dire ton nom souvent
j'exerce mon âme lourde
Et ton nom dit par mon âme
prend des allures de brâme
au coeur de la forêt sourde

M'entends-tu dans le fracas
quotidien des brouhahas
hurler ton nom sous les cieux?
Bâillonne-moi de tes lèvres
achève-moi dans ta fièvre
fais-moi taire dans tes yeux.

L'amour de toi, ton amour,
paix, liberté, joie, secours,
gonfle un courage affaibli.
Tu sais ton nom, tu le tais,
je le dis dans mes journées
il me berce dans mes nuits.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Printfriendly