mercredi 11 novembre 2015

Lydia

Rien ne va plus,
tout se tend.
Où, les gens?
Tout ce temps
à croire qu'on avance...
Et sans tes doigts
et ton souffle au soufflet
qui se balancent,
rien ne compense.
Où s'est cachée
l'intelligence?
Où, le plaisir
des notes nacrées?
Où, le sourire
et les yeux francs?
Toutes ces voix
qui bla et blablatent...
Mais sans tes doigts
et tes airs partagés
qui nous romancent,
plus aucune chance.
Et tout se tend
de là et de France.
Lydia, petite soeur,
c'est encore plus dur
sans toi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Printfriendly