mardi 10 novembre 2015

Ta peau

J'ai tant été tenté - tantaine -
D' glisser ma main dessous ta laine
Et lire en effleurant des doigts
Ton cou, ton dos, tes flancs, tes bras...


Il y a toujours eu cette gêne
(m'amie ta peau n'est pas la mienne)
Cent fois j'ai rebroussé chemin
Aurais-je dû? Je n'en sais rien.

Je ne pleure pas le plaisir
Que j'eusse eu de ton corps tremblant
Domaine - dondaine - des dieux

Mais j'aurais pu compter les bleus
Qu'un sombre idiot faisait fleurir
Sous le secret de ton pull blanc.

Le bon Dieu dans son délire
N'a pas fait pire
Pour se rach'ter le bon Dieu
Devra faire mieux

Je voudrais - lon laridon -
Pour tes matins
Du soleil - laridondaine -
Dessus ta peau.



Tu n'en soufflais pas mot - dondaine -
Et j'en suis comme une âme en peine
Tu as dû serrer les poings, les dents
Et sourire au soleil couchant

La peur des nuits, les coups de fièvre
Ont terni l'argent de tes lèvres
Les manches longues et cols intimes
Ont terni l'or de ton estime

Et moi pauvre con qui - dondaine -
Grisé par tes yeux de détresse
Ne voit pas qu'un con te tabasse

Tu mérites d'être une reine
Et non qu'un bouffon te rabaisse
Au rang - pataplan- de paillasse

Le bon Dieu dans son délire
N'a pas fait pire
Pour se rach'ter le bon Dieu
Devra faire mieux

Je voudrais - lon laridon -
Pour tes matins
Du soleil - laridondaine -
Dessus ta peau.


Les jours ont suivi les semaines
Tu as fini par quitter - dondaine -
Cet étron sur pieds, ce cloporte
Il t'en a voulu mais qu'importe

Pas un seul regard en arrière
Pas d' revanche un peu de colère
Et moi par respect - laridon -
Je finis ici ma chanson.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Printfriendly